La société nous apprend à « rentrer dans une case » et, malgré une indifférence durant l’enfance et de la résistance à l’adolescence, en vieillissant, on apprend, on y arrive et on fini même par y trouver un certain confort. C’est la vie! Rien de mal à ça sauf si on ne sort pas la tête de cette case, notre Esprit devient petit, et ça, c’est un un problème plus sérieux. Nous vivons en relation avec le monde, certes, mais c’est notre monde intérieur, notre Être qui est en relation avec le monde et je le considère un peu comme un muscle. Il est très clair pour tous que, si on veut garder la forme, dans tous les sens du terme, on s’entraîne. Si on veut garder sa beauté et sa fraîcheur, on prend soin de soi et de son corps. Mais qu’en est-il de l’Esprit? De l’espace intérieur? Plus on se confine en soi et moins on a la capacité d’imaginer autre chose… Cette faculté peut se perdre. Imaginer qu’on peut être autre chose, quelqu’un d’autre, qu’on peut faire autre chose, quelque chose de différent qu’on ne fait jamais habituellement. Et le faire. 

Regardez le monde, y a-t-il vraiment une seule réalité qui se ressemble? Vous pouvez être à la même époque, au même moment, au même endroit que votre conjoint ou votre ami et est-ce que vous vivez pour autant la même chose? Est-ce que votre point de vue de la situation est le même? Impossible puisque vous êtes dans 2 corps différents avec une personnalité au passé différent et habité d’un Être unique. Le monde est si grand, si vaste, pourquoi se confiner? Et je ne parle pas seulement du corps, de bouger physiquement, je parle plutôt d’agrandir son Esprit. Entraîner son imagination comme on entraîne son corps. Prenez le temps d’imaginer, d’agrandir les limites de votre Esprit. Vous pouvez ouvrir des portes, aucune limite n’est imposée à votre Esprit, jamais. Votre corps à des contraintes, pas votre Esprit. Se réinventer. 

Dans le cadre de mon travail, lors d’une entrevue, ma collègue a posé à des candidats une question pour laquelle j’ai eu plaisir à regarder les gens réagir et répondre, ça allait comme suit : « Si je vous donnais 100 000$ dollars et un an de liberté (sans travail à faire), que feriez-vous? ». Les réponses en disaient long sur la personne face à nous. Son intérêt réel dans la vie se dévoilait et il était rarement lié au travail qu’elle venait chercher chez nous. Ce qui est fascinant avec cette question est que je n’ai pas vu de réponse négative. Rare sont les gens qui voudrait faire du mal autour d’eux, les gens pensent plutôt à faire du bien. Peut-être en fait se révèlent-il à eux-même ce qu’ils sont venus partager sur Terre. Peut-être cela permet-il de se mettre en contact avec son point de vue sur la vie et sur la touche unique que nous pourrions y apporter. L’importance d’apporter notre vision, celle qui ne peut être la même que le voisin puisque nous sommes différent, de faire un pont entre notre monde intérieur et le monde extérieur est le plus beau cadeau que nous puissions se faire à nous et à la vie. Un cadeau unique pour tout ce qui vit car tout ce qui vit est un cadeau unique. 

Que serait le monde si Einstein, Tesla, Mozart, Newton, Galilée, Jung, Hawking… ne ce seraient pas dévoilé? Qu’ils n’auraient pas résisté à la case dans laquelle on essayait de les mettre? Il ne s’agit pas de résister pour résister, ni de se rebeller, non, le chemin est plus mince que cela, il s’agit d’écouter son essence, ce qui, en soi, sonne juste, sans fausses notes. L’écouter et avoir le courage de suivre ce fil mince. Suivre sa voie n’est pas rose, n’est pas simple et n’est pas donné, cela demande du courage et de la persévérance et cela n’a pas de fin en soi, mais la force, la Présence et la sollicitude que cela apporte est précieux. Le chemin n’est pas matériel, il est dans l’action et ne l’est pas. Notre voix/voie, comme le reste, est bien imbriqué dans la dualité, c’est pour cela que tout semble si compliqué mais qu’en fait, cela ne l’est pas. Écouter. Simplement vider, laisser toute la place et écouter… pour mieux remplir.

Qui êtes-vous chers Seekers? Qu’êtes-vous venu apporter? Quel est votre point de vue unique sur la vie, qu’est-ce qui vous fait rêver et chanter? Qu’est-ce qui vous rallume lorsque vous vous sentez éteints?

Il y’a un piège ici et ce sont les dépendances. Les dépendances donnent, l’espace d’un instant, ce sentiment de complétude. Mais il n’est ni réel ni permanent. Il ne vient pas de vous, il vient de votre façon bien à vous de vous être « adapté » au monde qui vous entoure malgré les blessures que vous avez ressenties. C’est simplement une béquille qui vous aide à ne pas avoir l’impression de boiter, ce n’est pas votre vision profonde et unique. Les dépendances sont multiples, elles peuvent être liées au besoin d’argent, d’alcool, de drogue, de pensées, de votre appareil intelligent, de télé, de posséder, d’aimer et d’être aimé… Rien de tout cela n’est votre essence, votre moteur intérieur unique, ce ne sont que des déviances qui vous aide à passer à travers. Écoutez votre réelle essence, celle qui allume votre regard, votre coeur, celle qui vous fait vibrer.

Au plaisir de pouvoir être en contact avec votre voie/voix unique chers Seekers,

The Seeker

Auteur

Humaine. Artiste multidisciplinaire. Contemplative. Les 2 pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Défi plutôt exceptionnel lorsqu’on mesure 5 pi. 1 1/2

Commentaires

  1. Vraiment intéressant! Surtout les question que tu nous lances : Qui êtes-vous chers Seekers? Qu’êtes-vous venu apporter? Quel est votre point de vue unique sur la vie, QU’EST-CE QUI VOUS FAIT RÊVER? Qu’est-ce qui vous rallume lorsque vous vous sentez éteints? Et j’ajouterais une autre question…. Si on enlève la somme de vos actifs financiers, la somme de vos revenus, la somme de vos relations, la somme de ce que vous avez donné, de ce que vous avez recu, que reste-t-il de vous?

Écrivez un commentaire